Quel faitage choisir selon le matériau de couverture de votre toit ?

Le faitage est un élément au summum du toit qui relie les deux pans. Une partie qui sert de joint est indispensable à la construction d’une toiture. Elle en garantit l’étanchéité et la solidité. Mais vous avez l’embarras du choix sur ce matériau afin de vous maintenir contre les aléas climatiques. Retrouvez un comparatif des différents types de faitage via Vaise couverture.

Quelles sont les spécificités de chaque type de faitage pour une toiture solide ?

Souvent, le choix du faitage est lié à l’esthétique. C’est l’équipe en charge de l’ouvrage qui décide en général de la solution idéale en accord avec la région concernée. Le faitage pour une toiture solide se présente comme une importante étape à la réfection de toit ou à la construction de nouvelle toiture. Il en assure l’étanchéité. Il convient donc de se référer aux différents types et caractéristiques de ce matériau ainsi qu’à ses spécificités. Dans le but de réaliser une telle opération, il est important de contacter des professionnels.

On trouve différents types de faitage. Cependant, il convient de mieux prendre les renseignements pour faire le choix qui répond à vos besoins.

Vous avez la possibilité de trouver de nombreux types de faitage qui se déclinent sous divers matériaux. Si vous voulez mieux choisir et découvrir le bon faitage pour une toiture solide, suivez la liste pour trouver ce qui peut être à la hauteur de vos attentes.

Les tuiles traditionnelles

Elles sont en général utilisées pour les travaux de couverture de toiture. Mais dans ce cas, elles sont apposées dans un autre sens dans le but de couvrir la faitière. Autrement dit, on utilise les tuiles classiques (faitières) bien qu’il s’agisse des tuiles identiques. Elles sont conçues en mortier de façon traditionnelle et disposées à cheval tout en haut des deux versants de votre toit. Souvent, il est possible de faire usage des tuiles de la même forme mais plus large.

Les tuiles industrielles

Elles sont essentiellement fabriquées dans l’objectif de garantir la liaison entre les deux pans de la toiture. Ce type de faitage a une forme spécifique qui rend plus simple les installations.

Le Zinc ou en ardoise

Il se présente sous forme de plaques de zinc courbées. Il est plié en deux dans l’optique de réaliser la couverture de la toiture couverte en zinc ou en ardoise. Il est possible d’embellir le toit d’ardoise avec les lignolets (de petites sculptures). 

Le faitage se compose de bandes de zinc qu’on plie en deux vers la longueur et placées de façon chevauchée sur les deux pans du toit à couvrir. Pour votre rénovation de toiture à Martigues, vous avez aussi la possibilité de créer un croisement des ardoises et de façonner les morceaux qui débordent. Pour une finition irréprochable, contactez Vaise couverture.

La paille

La plupart du temps, les toits en paille sont arrondis pour permettre de diminuer les endroits à couvrir, où une infiltration est possible. Les toitures en pailles sont constituées d’une ou deux couches de paille qui permet d’assurer l’étanchéité.

La paille vise à rendre possible l’infiltration. Le point le plus important de ce matériau est sa souplesse naturelle. De ce fait, le faitage est donc plus souple. Au niveau du faitage, on ajoute une épaisseur supplémentaire. Grâce à la souplesse de cet objet, vous avez l’occasion d’assurer l’étanchéité. Force est cependant de constater que dans certains cas, on fait appel à une couverture arrondie pour obtenir un point critique qui peut servir de cheminée. Elle a pour but d’éviter le traitement d’une ligne de faitage.

Grâce à la souplesse de cet objet, vous avez l’occasion d’assurer l’étanchéité. Force est cependant de constater que dans certains cas, on fait appel à une couverture arrondie pour obtenir un point critique qui peut servir de cheminée. Elle a pour but d’éviter le traitement d’une ligne de faitage.

L’argile

La terre d’argile est généralement utilisée pour la pose du toit de chaume. Elle est prisée en raison de sa résistance à l’eau. Le faitage s’effectue à travers un mélange de la terre d’argile et de quelques morceaux de roseaux. La terre argileuse entoure l’extrémité des tiges de roseau qu’on trouve à l’intérieur des iris qui sont plantés et qui permettent de fixer le matériau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *