Miser sur la performance des matériaux d’isolation

isolation toiture

L’isolation du toit nécessite une mise en œuvre effectuée dans les règles de l’art. Les matériaux seront choisis pour leur qualité et le degré de confort apporté. Dans un souci environnemental, il est toujours préférable de privilégier les isolants naturels. Leurs atouts sont non négligeables et nombreux.

Les différents types d’isolants

L’isolation de toiture se présente comme un investissement coûteux au départ mais amorti avec facilité et rapidité. Sur le long terme, il nous fera réaliser des gains d’économie. Les isolants utilisés doivent être résistants, performants pour nous éviter les déperditions thermiques.

La laine de chanvre

L’isolation thermique et acoustique peut être garantie par la laine de chanvre. Son atout majeur est d’absorber efficacement l’humidité. Totalement naturel, sans intrants polluants, son efficacité en fait un isolant très prisé dans les pays nordiques. Pour des travaux d’isolation de toiture, la laine se présente en panneaux souples ou en rouleaux de différentes épaisseurs. Son léger inconvénient réside en son prix.

L’ouate de cellulose

L’ouate de cellulose est un des autres matériaux recommandés pour l’isolation thermique d’un toit. Bien que ses fibres retiennent quelques adjuvants chimiques, elle remplit les critères d’un isolant naturel. A condition de nécessiter une pose impeccable, elle conviendra aux milieux humides et résistera au feu.

La laine de roche

Extrait de la roche volcanique, ce minéral est formé de fibres laineuses. On y mélange du calcaire, de l’argile et du basalte. Au niveau de l’isolation phonique et du prix, il convient parfaitement à l’isolation de toit. Avec un indice de résistance thermique R, de l’ordre de 2,5 à 6,85, il est le concurrent direct de la laine de verre. On la retrouve dans le commerce en panneaux, en rouleaux ou en flocons.

La laine de mouton

Plutôt utilisée dans les régions bordant l’Atlantique, la laine de mouton retient parfaitement l’humidité. Correspondant aux critères écologiques, ce matériau est recyclable et renouvelable. Son avantage ? Il coûte très peu cher.
Toutefois, bien qu’elle ne soit pas attaquée par les moisissures, la laine reste très sensible aux mites et doit donc être traitée. Cet isolant est vendu en rouleaux.

Le liège

On trouve du liège expansé et aggloméré. Son poids plume facilite sa manipulation et sa mise en œuvre. Surtout au niveau phonique, l’isolation de toit obtenue est acceptable puisque les ondes sonores sont absorbées. Au niveau décoratif, le liège ne nécessite pas d’être recouvert. Son autre attrait est de parfaitement résister aux milieux humides.

Le certificat Acermi valide les isolants remplissant toutes les conditions de fiabilité et de qualité. Il est important de vérifier sa composition pour choisir un bon isolant. On favorisera ceux qui contiennent le moins de produits nocifs et qui ont reçu des traitements naturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *